Interview mit Prof. Dr. Genoveva Puskas

Prof. Dr. Genoveva Puskas

Interview avec Prof. Dr. Genoveva Puskas, Université de Genève

Ceux qui souhaitent continuer dans une carrière académique après les études peuvent se renseigner directement sur le site web du CUSO ou contacter Professeur Dr. Genoveva Puskas (co-directrice pour le programme doctoral en Sciences du langage) avec des questions concernant les prérequis, le financement et les possibilités. En bas il y a ses réponses aux questions suivantes:

Le doctorat, en tout cas en Suisse Romande, est un diplôme obtenu sur la base d’un seul travail qui est la thèse. Dans toutes les universités Romandes le doctorant ou la doctorante travaille plus ou moins de façon indépendante sur un travail qu’il ou elle a déterminé avec un directeur ou directrice de thèse. Le travail est suivi pendant un certain nombre d’années jusqu’au moment où on estime que la thèse est terminée et qu’elle est prête pour la soutenance.

C’est très important de savoir que la CUSO n’est pas une école doctorale dans le sens d’une formation pour obtenir un diplôme (comme c’est le cas par exemple dans les universités aux États-Unis). Les écoles CUSO sont plutôt une série de formations ou d’activités ponctuelles qui sont proposées aux doctorants. Une participation n’est généralement pas obligatoire et pour les sciences du langage pas certificatives. Ça veut dire qu’on n’obtient pas de crédits. Ce sont plutôt des formations complémentaires qu’on propose aux doctorants qui sont déjà inscrits dans un programme doctoral. Le bout des écoles CUSO est de donner une opportunité de formation supplémentaire qui peut ouvrir des horizons aux doctorants.

La poursuite d’un doctorat s’adresse à tous ceux et celles qui sont passionnés et intéressés par leur sujet. L’exigence, il y en a une seule, est évidemment d’avoir une Maîtrise universitaire, généralement dans le domaine dans lequel on veut faire un doctorat. À Genève en tout cas on exige que la Maîtrise soit suffisamment bonne, c’est-à-dire qu’on a obtenu une note de 5.5 ou plus. Ça peut varier d’une université à l’autre mais c’est une mesure et une bonne façon d’estimer que le candidat est suffisamment mûr pour se lancer dans un travail de recherche. Ça, c’est du point de vue formel. Mais le candidat idéal est motivé et passionné de son sujet de recherche et a l’envie de faire un doctorat, sachant que c’est un travail qui n’est pas facile et qui est long, et qu’il faut se consacrer plusieurs années à son sujet.

En Suisse, contrairement aux États-Unis, on n’a pas la possibilité de postuler dans une université à une bourse qui finance tout le doctorat. Par contre, il y a les options suivantes : trouver un poste d’assistant-e, se présenter au Fond National Suisse ou postuler pour un poste doctorant dans un projet de recherche du FNS. Toutes ces options sont très compétitives. Les postes d’assistant(e) dans un département universitaire sont des postes limités à 5 ans. Essentiellement il s’agit de postes de recherche avec un peu d’enseignement, mais qui laissent une large place à la recherche pour que le doctorant puisse terminer sa thèse. Évidemment ça ne sont pas des postes créés au fur à mesure, on peut postuler quand il y a un poste vacant qui est mis au concours, mais c’est pas très fréquent.

Une deuxième option est de postuler pour une bourse doc.ch au Fond National Suisse (FNS), mais l’avenir du financement par le FNS de ces bourses n’est pas sûr en ce moment, parce que il y aura des modifications d’un certain nombre de stratégies de soutien à la formation. Ce type de bourse est soumis à la condition d’avoir deux directeurs de thèse, avec une codirection entre deux universités, et d’avoir un projet concret déjà bien défini. Ce concours est très compétitif, un tel financement n’est pas obtenu facilement.

La troisième option est d’être engagé comme doctorant sur un projet FNS soumis par un-e professeur-e. Dans ce cas, on intègre une équipe qui travaille sur un sujet déjà défini.

Pour les doctorants qui viennent d’ailleurs que la Suisse il y a une possibilité d’obtenir une « bourse de la confédération ». Les bourses de la confédération donnent deux possibilités aux doctorants : l’une, si on est inscrit déjà ailleurs en thèse, est de venir pendant une année dans une université suisse pour faire une formation complémentaire ou un stage ; l’autre est de demander une bourse pour faire un doctorat avec un directeur Suisse. Si on veut faire tout son doctorat en Suisse, il faut à l’avance prendre contact avec le directeur de thèse et établir un projet, que l’on va soumettre à une commission de sélection. C’est aussi un concours compétitif mais qui permet aux gens de l’étranger de faire un doctorat en Suisse pendant trois ans. Nous avons tout de même la chance d’avoir des institutions qui encouragent les jeunes chercheurs.

C’est important de dire que le la CUSO ne peut pas aider financièrement les doctorants directement. Elle, offre uniquement des formations complémentaires pour les doctorants sans frais supplémentaires pour eux, mais ne soutient pas les doctorants individuellement.

Il y a deux solutions. Soit on a une idée très précise du sujet qu’on veut traiter dans sa recherche et on trouve un professeur dans une université dont le travail corresponde au sujet de recherche souhaité. On contacte ce professeur et discute pour savoir s’il ou elle veut suivre la thèse proposée. Il faut mentionner qu’on peut tout à fait être inscrit à une thèse sans avoir une aide financière institutionnelle, on peut aussi travailler ailleurs et se financer autrement, si on garde assez de temps pour la rédaction de thèse. L’inscription à un doctorat n’est pas conditionnée par le financement. On peut donc choisir une personne qui est proche du sujet qu’on aimerait développer. On peut aussi faire le processus inverse, c’est-à-dire qu’il y a un professeur avec qui on aimerait bien travailler pour toutes sortes de raison, par exemple parce qu’on trouve son sujet de recherche très intéressant, et on peut ensuite définir avec cette personne un sujet de thèse individuel. Ça c’est aussi une possibilité qui, au fond, montre qu’on est plus flexible dans les choix d’un sujet de thèse. Un sujet peut aussi bénéficier au travail du directeur lui-même.

Il existe aussi une troisième possibilité qui se met en place quand quelqu’un obtient un projet de recherche du FNS. Il y a souvent des postes de doctorants qui sont liés à ce type de projet. Au fond c’est un peu comme un poste d’assistant-e qui est financé par le projet de recherche du FNS. Là, le sujet de thèse est imposé, et lié, au projet sur lequel travaille le directeur ou la directrice du projet.

En principe auprès de son directeur ou sa directrice de thèse, mais quelquefois on peut rencontrer des petits problèmes pour lesquels il faut trouver d’autres interlocuteurs. Il y a plusieurs possibilités. Généralement au moment de l’inscription de la thèse on doit en tout cas donner le directeur de thèse et le futur président du jury. Le président du jury est une personne qui n’est pas nécessairement dans le domaine de la thèse (maintenant on essaie d’avoir un/e président/e qui connaît le sujet). L’idée est que ça soit quelqu’un d’externe au « couple » directeur-doctorant, donc quelqu’un qui peut avoir le rôle d’arbitre en quelque sorte, un guide d’une certaine façon. Autrement, il existe dans plusieurs universités des programmes qu’on appelle des Mentorats. Souvent, ces programmes de mentorat, c’est en tout cas le cas à Genève, sont des programmes qui ont été mis en place pour des candidates femme (c’est souvent la commission de l’égalité qui crée ce programme de mentorat), mais on peut imaginer qu’on puisse s’adresser à un programme de mentorat pas seulement pour les femmes mais aussi pour tous les doctorants qui sont en difficulté. Les programmes de mentorat sont très intéressants pare qu’ils permettent d’établir une relation avec une personne qui est souvent d’une autre faculté, donc pas dans le domaine de recherche de la doctorante. Le mentor peut cependant apporter son aide pour tous les problèmes autour de la méthodologie ou même pour des questions plus globales autour de la vie du chercheur. Il existe des programmes similaires dans toutes les universités Romandes. Spécifiquement à Genève, il existe aussi un point de contact pour toutes les questions en dehors de la rédaction de thèse, c’est-à-dire pour tout ce qui concerne la recherche d’emploi, le plan de carrière, les questions de formation complémentaire et plus particulièrement les questions de financement et de dépôt de projet pour le FNS. A la faculté des lettres, on a ce qu’on appelle des conseillers à la recherche, qui sont deux personnes qui couvrent, parmi leurs différentes tâches, celle de conseiller les doctorants sur toutes les questions autours de la recherche, la carrière et autres. On a commencé à mettre en place des programmes d’information et de soutien pour les doctorants, dont il faut vraiment profiter.

Pour pas mal des gens, pendant la rédaction du doctorat se développe d’idée de continuer dans une carrière académique après le doctorat. Mais la carrière académique, il faut le savoir, c’est une carrière très aléatoire. Il faut être très honnête et le dire dès le départ. Il n’existe plus une carrière linéaire où on commence avec le doctorat, après on obtient un post-doc et de suite un poste de professeur. Donc c’est vrai que ce n’est pas évident. Dans l’option d’une poursuite d’une carrière académique il faut savoir que c’est très rare qu’on obtienne tout de suite quelque chose. Il y a beaucoup de personnes qui font un post-doc après le doctorat pendant deux ou trois ans, qui doivent être très flexibles et bouger beaucoup et puis mettent pas mal de temps à trouver un poste qui pourrait être satisfaisant, pas forcément un poste de professeur d’ailleurs, simplement un poste stable dans une institution universitaire. Les motivations pour faire un doctorat ne doivent pas se baser sur une poursuite d’une carrière académique linéaire, ce n’est pas un métier qu’on acquière.
Il ne faut pas négliger le fait qu’ailleurs que dans le monde académique avoir un doctorat c’est souvent aussi extrêmement intéressant pour une carrière professionnelle. C’est clair que si on parle de la linguistique (qui est mon domaine), avoir un doctorat ce n’est pas une formation professionnelle et être linguiste ce n’est pas si simple, ce n’est pas toujours un métier reconnu. Mais si on prend justement le cas de la linguistique, les entreprises comme Google ou Microsoft par exemple ont besoin de linguistes et ont besoin de personnes avec des compétences en linguistique. Très souvent ce sont des compétences qui sont combinées avec d’autres, comme dans le cas de la linguistique computationnelle. Mais au fond on a besoin des compétences véritablement linguistiques : il ne faut pas oublier qu’il existe de plus en plus de systèmes qui fonctionnent à la reconnaissance de la voix ; il y a la traduction automatique (qui est un vieux rêve qui date des années 50) qui continue à être intéressant, etc. Donc il y a un certain nombre d’applications autres que le monde académique.

Ayant un doctorat en lettres, on n’est pas simplement un chercheur dans un domaine très pointu, on est quelqu’un qui a énormément de connaissances et la possibilité de pouvoir réagir à plein de situations différentes. Il y a un peu la crainte que peut-être on est surqualifié en ayant un doctorat. Mais il y a beaucoup de postes dans lesquels un doctorat est énormément mis en valeur. Moi je suis convaincue qu’il n’y a pas de sur-éducation, on ne peut pas être trop éduqué, ça n’existe pas. Plus on sait, plus on a une maturité et des compétences qui peuvent être utiles dans plein de domaines, et qui doivent être apprécié en général, mieux la société se porte.

Un linguiste par exemple, est quelqu’un qui est à sa place dans les domaines de la communication, la diplomatie, les ressources humaines, entre autres. Mais le doctorat n’est pas une solution facile pour quelqu’un qui veut être vite sur le marché de travail.

Même si on a une spécialisation d’un doctorat dans un certain domaine, on acquière un savoir mais aussi des « skills » c’est-à-dire des compétences, du savoir-faire dans beaucoup de domaines différents. C’est regrettablement la partie d’un titre académique qui est la moins mise en valeur. C’est-à-dire que c’est très rare qu’on puisse discuter avec quelqu’un et dire « ah t’as bien fait un doctorat, mais au fond ça veut dire que tu es capable de faire une recherche indépendante, tu es capable de faire une rédaction de quelque chose de très précise et tu peux communiquer d’une façon très claire avec beaucoup de personnes ». En tout cas au niveau du Master on a mis en place une charte de compétence que l’étudiant reçoit avec son diplôme de Master. C’est une liste, une sorte de déclaration de compétences acquises qui peut être utile dans un entretien d’embauche, mais qui permet aussi de réfléchir sur le fait qu’on a des nombreuses compétences acquises dans le cadre d’une formation universitaire. Tout ça, il faut pouvoir le mettre en valeur. Il faut aussi le faire au niveau du doctorat.

La mission des écoles CUSO est d’offrir aux doctorants des formations complémentaires et de leur permettre de découvrir d’autres facettes du sujet et de la discipline dans laquelle ils travaillent. Et comme ce sont des écoles Romandes, ça veut dire que toutes les universités Romandes participent ; ça permet aussi le contact avec les doctorants dans les autres universités. Un des dangers d’un doctorant est de s’isoler, alors c’est important de rester en contact avec d’autres doctorants et d’autres chercheurs des autres universités. Là aussi c’est une façon d’élargir son réseau professionnel. Par rapport à la CUSO, je suis très contente qu’on ait ce système. Mais, je le répète, car des fois c’est mal interprété, ce n’est pas une école de formation au sens propre, et ce n’est malheureusement pas un système de financement de doctorants eux-mêmes. Par contre, avec les moyens financiers qui nous sont donnés, on a vraiment de quoi faire des formations complémentaires extrêmement intéressantes en offrant des cours ponctuels, dont le but est de contrebalancer le côté inévitablement très spécifique et spécialisé de la thèse.

esense GmbH